Table des matières

BO 105

Comme le montre cette vidéo, le bo105 est un hélico aux performances époustouflantes et qui promet quelques belles heures de vol.

Comme bien (trop) souvent, rapidité et maniabilité riment avec difficulté… Déjà que l'hélicoptère est en soi une machine complexe, le bo105 n'arrange pas les choses.

Présentation de la bête

Quelques définitions pour commencer:
- le pas collectif: géré par un levier main gauche, il change l'inclinaison de toutes les pales principales de la même façon, ce qui permet de faire monter (plus d'angle d'attaque) ou descendre (moins d'angle) l'hélicoptère.
- le pas cyclique: agit de façon différentielle sur les pales principales, augmente l'angle d'un coté et le diminue en face, au cours d'un cycle de rotation la pale aura donc un changement d'inclinaison: augmentée - neutre- diminuée - neutre -augmentée… Ceci permet de changer l'assiette de l'hélicoptère, afin de lui donner une vitesse horizontale.
- enfin le pas du rotor anticouple (le rotor de queue) qui neutralise le couple du rotor principal, et qui permet de faire tourner l'hélico sur lui même (joystick avec palonnier recommandé).

Les pré-requis

Bien qu'il fut démontré que certains émérites et téméraires réussissent à piloter l'engin à la seule force du clavier, il faut bien avouer que l'utilisation d'un joystick se révélera très utile et bien plus pratique.

Joystick Clavier
Concentration des commandes Commandes dispersées sur le clavier
Dosage fin des commandes Commandes modifiées par palier
Plusieurs commandes modifiées en même temps Action commande par commande

Personnellement j'utilise un des joysticks les plus simples au monde, le SideWinder de chez MicroSoft. Comme ce dernier ne possède pas de manche pivotant, j'utilise FlightGear avec l'option –enable-autocoordination (les puristes crieront au scandale, mais passons ;-))

Cependant, sur le joystick (décidément rien n'est simple…), l'axe qui sert habituellement à gérer la puissance du moteur est ici destiné à gérer le pas collectif, et sur les hélicos le levier de pas collectif doit être tiré vers le haut et l'arrière pour augmenter le pas collectif, donc la puissance moteur (sur les hélicos à turbine la puissance moteur est gérée automatiquement). C'est pour cela que la commande des gaz est “inversée”, on a la puissance mini quand le levier est a fond vers l'avant, et la puissance maxi quand on le tire à fond vers soi.

Le vol

Démarrage

Le bo105 est équipé d'un moteur à turbine, donc pas de magnétos comme sur les avions à piston. Pour lancer la turbine c'est cependant la même touche que pour allumer les magnétos, j'ai nommé la touche ”}” (accolade fermante).
Une fois cette touche enfoncée, la turbine se met en route et, miracle, les pales de votre hélico se mettent à tourner. Attendez que les pales des deux rotors aient atteint leur vitesse optimale et que l'indicateur de couple indique un couple minimal. Profitez de ce laps de temps pour règler vos instruments (altimètre et VOR)

Décollage

Partie très délicate. Personnellement j'augmente très lentement le pas collectif jusqu'à ce que l'appareil donne des signes d'instabilité, il commence à vouloir décoller. Alors avec le joystick je calibre le pas cyclique et l'angle du rotor principal. Ce réglage dépend de la direction et de la force du vent, ainsi que de la position du centre de gravité (enfin j'en suis pas sûr du tout mais bon…), une fois que je pense avoir trouvé la position du manche qui me permet de conserver l'hélico horizontal, j'augmente fermement le pas collectif (mais pas à fond! juste un petit mouvement franc) tout en tentant de corriger la position de l'appareil en jouant avec le joystick par de petits mouvements (attention! ne pas faire de grands mouvements du manche!!) jusqu'à stabilisation.

Le décollage nécessite pas mal d'expérience, et vous le raterez très souvent au début, mais à la longue vous prendrez les réflexes de légères modifications de la position du manche et du pas collectif pour que le bo105 décolle sans partir dans tous les sens, voire même directement sur le sol.

N'oubliez pas que les pales tournent et que si vous penchez trop l'hélico elles touchent le sol, avec des conséquences fâcheuses pas uniquement pour le béton ou le bitume de la piste.

Vol en ligne droite

Votre hélico est maintenant dans les airs, à peu près stabilisé, poussez légèrement sur le manche, il va se pencher en avant en augmentant sa vitesse, mais aussi en perdant de l'altitude. Pour contre la perte d'altitude augmentez le pas collectif (toujours avec finesse) et corrigez avec le pas cyclique (le manche), une fois la vitesse établie relevez le nez de votre bo105 en diminuant le pas collectif pour éviter de monter. En marche avant le bo105 se montre assez stable, mais ne lâchez jamais le manche! Pour réduire la vitesse, tirez le manche vers vous légèrement, tout en diminuant le pas collectif.

Vol stationnaire

L'hélico est un système de transport onéreux, complexe à piloter et à entretenir, qui n'atteint pas des vitesses élevées, qui a une charge utile et un rayon d'action très limités… :-/ Alors pourquoi le conserver? parce qu'il est le plus pratique et efficace des appareils qui permet de faire du “sur-place”, ou vol stationnaire (sauvetage, observation de l'état du trafic, survol de lignes à haute tension, etc.). Lorsque l'hélico se trouve en vol stationnaire (vitesse air nulle, ou vitesse vraie nulle) il devient très instable et requiert une attention de tous les instants (comme d'habitude remarquez).

Pour s'exercer au vol stationnaire, le plus simple est de prendre de l'expérience à très basse altitude, pour profiter de l'effet de sol qui va nous stabiliser un peu. Plus tard vous pourrez prendre de l'altitude et faire du vol stationnaire depuis où vous le souhaitez.

Réduisez la vitesse jusqu'à atteindre une vitesse nulle en vous servant du pas collectif et en tirant le manche vers vous, une fois la vitesse atteinte, poussez le manche vers l'avant pour placer le bo105 à l'horizontale et tentez de conserver votre position par rapport au sol (direction et vitesse) en bougeant par très petites touches votre joystick. Un indicateur en bas à droite du tableau de bord montre les vitesses de glissement vers l'avant et l'arrière. Quand les deux aiguilles sont au centre vous êtes exactement en vol stationnaire. N'essayez pas trop d'atteindre et de conserver ces aiguilles au centre, elles sont très sensibles et même en étant décalées le vol est quand même suffisamment stationnaire pour être intéressant.

Si vous sentez que vous perdez le contrôle de votre bo105, augmentez le pas et poussez le manche, ce qui va le mettre en marche avant et le stabiliser.

Tip: si en vol stationnaire votre bo105 se met à tourner vers la gauche, c'est que le pas collectif est trop grand réduisez le. Inversement, s'il tourne vers la droite, augmentez le pas collectif. Mais toujours très finement, une toute petite correction uniquement. Je fais cela sur mon joystick qui ne simule pas le palonnier, avec un joystick à 4 axes ou plus, le mieux je pense, serait de contrôler directement le pas du rotor anti-couple avec un axe dédié (note d'un autre rédacteur: je confirme ;) ), ou utilisez les touches clavier qui gèrent le palonnier.

Choisissez un aéroport sans vent et entrainez vous a faire des petits mouvements en revenant a votre point de départ, en restant le plus prés possible du sol: 10 m en avant, stabilisation, 10 m en arriere, stabilisation, à gauche, à droite… Si vous avez une commande de palonnier, entrainez vous à faire des rotations sur place dans un sens, puis dans l'autre, et enfin un peu plus technique, entrainez vous à garder l'hélicoptère orienté dans la même direction en augmentant ou diminuant le pas collectif, ce qui change le couple, donc le réglage de palonnier.

Enfin une remarque générale, contrairement à l'avion où la manette des gaz n'a pas forcément besoin d'etre ajustée en permanence, la commande de pas collectif est à corriger en permanence sur un hélico (sauf longs vol à vitesse constante), c'est une des raisons qui rendent sa commande par le clavier aventureuse.

Virages

Pour tourner à droite ou à gauche utilisez tout simplement le joystick vers la droite ou la gauche… En vol stationnaire cependant cette action aura pour effet de faire tourner l'hélico et d'augmenter sa vitesse en perdant de l'altitude! Utilisez alors la commande de palonnier (joystick ou clavier)

Atterrissage

Normalement, un hélico atterrit toujours face au vent, donc repérez une manche à air ou obtenez les informations ATIS avant de vous poser. Pour atterrir de manière souple, je perds de l'altitude à vitesse réduite, puis nulle au-dessus du point de chute choisi, je réduis alors lentement le pas collectif pour me poser telle la fleur.

Acrobaties

Le bo105 se prête assez bien aux acrobaties aériennes (cherchez "bo 105 aerobatics" pour vous en convaincre).

Un petit avertissement pour commencer: on va profiter du fait que le bo105 est -pour le moment- impossible à casser en l'air (pas de verification des efforts structuraux, pas de modelisation de pompage turbine ), et insensible aux effets des anneaux tourbillonnaires (perte de portance catastrophique dans certaines conditions). Le respect de certaines valeurs max, tels le couple du rotor principal ou la vitesse est donc secondaire. De même les variations brutales de collectif sont ici sans conséquence (alors qu'en vrai on risque un serrage turbine). Il est ben sûr fortement déconseillé de tenter ces figures avec un vrai bo105, et à ce sujet nous déclinons toute responsabilité!

Il se peut que les prochaînes versions de FG prennent en compte de telles subtilités, et alors il faudra revoir un peu la façon de faire de la voltige avec un peu plus de “douceur” (moi le premier!). J'ai d'ailleurs une collection conséquente de screenshots de plantages suite à des entrainements de voltige.

Configuration-Pré-requis

vous avez déja quelques heures de vol en hélico et la voltige vous tente ? Allons y alors.

Choix d'un aéroport

Si vous jouez sans vous connecter en multiplayer, n'importe quel aéroport fera l'affaire (par ex KSFO), mais en mutliplayer, il vaut mieux trouver un aeroport désert et à plus de 100 nm de KSFO. Pour la voltige, on se fout un peu d'avoir l'autorisation de la tour pour nos maneuvre, et si on reste dans un aéroport ou d'autres volent plus sérieusement en respectant les procédures:
- 1) on va en souler quelques uns.
- 2) a chaque fois qu'un avion nouveau arrive il se produit un petit gel de FG qui rends alors la suite du vol délicat.
- 3) on va surement essayer de planter des arbres avec le bo105, (au moins faire le trou) et les hello à repetition sur le chat c'est un peu moyen.
- 4) rassurez vous, si d'autres sont intéressés (et au courant) ils vous rejoindront pour un entrainement collectif. Et le jour ou vous êtes au points allez faire un tour à KSFO.

Conditions de vol

choisissez un aeroport ou la vue est dégagée et le vent faible, au moins pour commencer. De plus vous pouvez fixer l'heure du jour sur noon (midi) pour etre sur d'y voir clair (–timeofday=noon). passez le en ligne de commmande, à chaque reset il fera jour.

Choix de la vue

Bonne question, personnellement je ne suis pas tres à l'aise en vue interieure , je prefere la premiere vue qui suit, que je relève un peu pour la rendre plongeante, j'ai essayé en vue fixe exterieure mais il faut de l'entrainement, comme avec les modèles réduits.

Demi-Tours

Tonneau

c'est la figure la plus facile: avec de la vitesse, vous tournez le manche completement vers la gauche, l'hélicoptère va partir en tonneau, la seule dificulté consiste à mettre le pas collectif à zéro lorsque vous êtes sur le dos (a partir d'un angle de 90°) et de le remettre a fond des que l'hélico est dans le bon sens, ceci pour éviter de perdre trop d'altitude en “aspirant” l'hélico vers le bas lors du vol inversé.

si vous tentez cette figure par la droite, elle est beaucoup plus difficile, car par la gauche on met plus d'angle sur la pale qui avance dans le vent relatif, ce qui augmente son effet.

Looping

la grosse différence avec un looping d'avion, c'est que l'hélico ne peut encaisser que trés peu de g , donc la figure ressemblera plus à une boucle de lacet qu'a un joli rond.

La difficulté va être le sommet de la boucle, car il faut à la fois mettre le collectif à zéro lors du passage dos et utiliser le palonnier pour corriger l'absence de couple et de vitesse au sommet de la boucle, sinon l'hélicoptère se met à tourner sur lui même. je dois avouer que j'ai encore des progrès à faire de ce point de vue.

Autorotation et dead man's curves

Théorie (oh non!)

Une des questions qui se posent à un hélicoptère est: que se passe-t-il en cas de panne moteur ou turbine?
La réponse est simple, il plane!
J'en entends rigoler dans le fond mais c'est vrai, c'est l'autorotation. Certes le taux de descente est plutôt conséquent, mais il peut grâce à celà atterrir en sécurité, moteur coupé.
il dispose de trois sources d'énergie: la vitesse (energie cinétique) sa hauteur au dessus du sol (energie potentielle) et l'energie due à l'inertie du rotor.

L'art de l'autorotation va être de tranferer les deux premieres sur le rotor pour se poser delicatement.

Avant (prennez un cachet d'aspirine et ça ira mieux), qu'est ce que la “Dead Man's Curve” ou H/V curve qui est fournie dans tout manuel de vol?
Elle décrit les zones ou une panne moteur est irrécupérable car il ne vas pas assez vite et n'est pas assez haut, ne permettant pas de transmettre assez d'energie au rotor pour atterrir. Voici un petit exemple de h/V curve:

Verticalement on trouve la hauteur au dessus du sol, et horizontalement la vitesse de l'hélico.

La zone hachurée a gauche correspond à une zone où on aura droit à un crash en cas de coupure moteur, et la zone en bas à droite met une distance de sécurité au sol pour avoir le temps de réagir en cas de panne. La bonne façon de décoller (en rouge)est alors de se maintenir juste quelques pieds au dessus du sol jusqu'a avoir une certaine vitesse, puis de commencer à monter une fois dépassée la premiere zone.
le vol stationnaire sans danger est possible au dessus de la zone un et l'autorotation sera possible pour atterrir en sécurité.

Pratique (ah oui!)

pour patienter un peu avant d'ecrire la suite, faites donc des recherches sur youtube avec autorotation, et entrainez vous en coupant le moteur avec ”{” en vol, je relève les copies la prochaîne fois…. petite astuce: au dessus de 500 m agl un stationnaire est recuperable avec le bo105. les meilleurs films gagnent le droit d'ecrire la suite ;-)) .
note: ce n'est possible qu'avec la version 1 de FG.